Les ports de commerce en France et ses exportations de céréales.

Le commerce maritime représente 90 % du transport de marchandises dans le monde. Les ports sont donc cruciaux et représentent des entités économiques majeures. Réalisée à partir des informations fournies par le ministère du développement durable et de l’Énergie, la carte suivante représente le classement des ports suivant les trafics annuels des ports et leurs évolutions depuis l’an 2000. 
 


Bien que les ports de commerce se répartissent sur l’ensemble des côtes, les principaux ports sont situés sur la Manche (Le Havre, Calais, Dunkerque, Rouen ; soit 50 % du trafic 2011), véritable « autoroute » commerciale. On peut également observer une augmentation du trafic assez importante pour l’ensemble des ports depuis 2000, à l’exception des ports de Boulogne (-95%), Cherbourg (-51%), Saint-Malo (-22,6). L’importance de ces ports s’explique par la proximité de le région parisienne et de l’axe industriel européen courant des Pays-Bas à l’Italie.

Sur la côte atlantique, Nantes est le principal port (8 à 9 % du trafic annuel) tandis que La Rochelle et Bordeaux suivent. Les ports bretons de Brest et Lorient ont un trafic extrêmement faible, le port de Bayonne s’en sortant un peu mieux. Malgré tout, l’ensemble des ports de l’Atlantique connaissent une baisse de leur activité, à l’exception de celui de La Rochelle.

Les ports de la côte méditerranéenne représentent un peu moins du tiers du trafic national mais c’est le grand port maritime (anciennement port autonome) de Marseille – premier port français en terme de tonnage avec 88 517 849 tonnes en 2011 – qui en représente la quasi-totalité grâce aux produits pétroliers qui représentaient en moyenne 65 % de son activité sur la période 2000-2011. Mais depuis l’an 2000, son activité, tout comme celles de Sète et Port-la-Nouvelle, a diminué. 
 





Étude de cas : l’exportation des céréales.




Grande puissance agricole et donc céréalière, la France exporte une partie importante de sa production, un peu moins de 52 % en moyenne. Au cours de la campagne 2010-2011, les exportations céréalières ont été envoyé pour moitié vers l’Union européenne et pour moitié vers d’autres États ; 61 % de l’ensemble étant passé par les ports.

Le premier port céréalier est celui de Rouen avec 25 % des exportations françaises. L’exportation de céréales représente 50 % des sorties et près du tiers de l’activité totale. Le second port, avec 10,75 % des exportations céréalières, est La Rochelle ; et ce avec la quasi-totalité de ses exportations (96%) et 40 % de son activité totale. Suivent ensuite, avec un peu moins de 17 % du total, Dunkerque, Nantes-Saint-Nazaire, Bordeaux tandis que Marseille exporte moins de 3 % du total. Cette configuration s’explique par la faiblesse de la production céréalière dans les régions du sud-est.
 

La production et l’export de céréales (hors riz) en France.
Campagne 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004
Collecte (1000 t) 53478,0 58493,0 54703,0 55742,0 50233,0 58246,0 47072,0
Export (1000 t) 24766,1 31712,3 32279,7 30425,0 24474,8 29729,7 24776,3
Part des exportations. 46,31% 54,22% 59,01% 54,58% 48,72% 51,04% 52,63%
Campagne 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011
Collecte (1000 t) 59437,0 54134,3 52322,0 48719,0 58707,2 61019,0 57514,9
Export (1000 t) 30578,2 28522,1 26260,9 23321,0 29604,4 31570,8 32950,3
Part des exportations. 51,45% 52,69% 50,19% 47,87% 50,43% 51,74% 57,29%
Source : Agreste, 2012. Moyenne 52,36%

Bibliographie et sources :

Critique de "Manger peut-il nuire à la santé ? " (édité).

p { margin-bottom: 0.21cm; } p { margin-bottom: 0.21cm; }

Diffusé en deuxième partie de soirée sur France 3 le mercredi 16 février, ce documentaire sonne l’alarme sur les dangers de l’alimentation actuelle du fait, entre autres, des nombreux produits chimiques ingérés. Si je ne remettrai pas en cause les conclusions du reportage, je critiquerai plutôt les manquements méthodologiques et les inexactitudes. Je me concentrerai principalement sur la première partie consacrée aux pommes.
On commence tout d’abord par la localisation géographique du Tastet, l’exploitation agricole cultivant ces pommes : il se trouve non pas à Angoulême mais à Reignac, 30 kilomètres au sud, juste en dessous de Barbezieux.
Ensuite, le narrateur dit que la France serait le plus gros consommateur européen de pesticide avec « 76 000 tonnes de pesticides répandues chaque année faisant de la France le plus gros consommateur de pesticide » (6min50 environ). Cette information est totalement erronée comme le montre le graphique et le tableau ci-dessous/contre. Outre que l’Italie est devant la France depuis 2002 (il est certes possible que la France soit repassée devant entre 2008 et 2010, mais je n’ai pas cette information actuel-lement), la consommation de produits phytosanitaire a fortement baissé depuis 1997 bien qu’elle se soit stabilisée autour des 75 000 tonnes environ. Ensuite, la France étant le plus grand pays agricole de l’Union Européenne, il est logique que la consommation de produits phytosanitaires soit plus importante. Aussi, le chiffre brut du reportage n’est en aucun cas pertinent (c’est pour ainsi dire la même chose pour le PIB).

Pour cela, il vaut mieux rapporter cette consommation à la surface agricole utilisée, ce que j’ai fait. On constate que la France est à la 7ème position, loin derrière la Belgique ou l’Italie.
Enfin, la journaliste a acheté un certain nombre de pommes et le laboratoire a retrouvé la trace de Carbendazime, un produit certes interdit mais dont l‘utilisation était tolérée jusqu’au 31 décembre 2009. Le reportage ayant été réalisé durant l’année 2010, il est logique de retrouver des traces de cette substance surtout que rien ne prouve que les pommes achetées soient du « millésime » 2010, les pommes étant stockées durant l’hiver.

Edit : Voir la réaction de Daniel Sauvaitre sur son bloc-note à propos du reportage.




Sources :
Données Eurostats sur les pesticides.
Emission disponible 7 jours sur Pluzz.




Version PDF de l’article