L’admission de la Palestine à l’UNESCO [Mis à jour]


L’admission de la Palestine comme membre à part entière de l’UNESCO marque un pas important dans la mise en place d’un État palestinien. Malgré tout, il est à craindre que l’État israélien en profite pour renforcer la colonisation et multiplier ses exigences.
Les États-Unis d’Amérique persistent dans leur soutien inconditionnel à Israël même si cela doit les opposer à une grande part du monde en particulier aux États de son pré carré américain où seuls les États les plus dépendants ou proches idéologiquement l’ont suivi : les membres de l’Alena (dépendance économique plus idéologie de Stephen Harper au Canada), le Panama et la Colombie. L’influence du lobby juif aux États-Unis est donc majeure, surtout en pleine campagne présidentielle, comme le montre d’ailleurs le dernier Un oeil sur la planète.
Concernant l’Union Européenne, on constate comme d’habitude sa division avec quatre États ayant voté contre dont l’Allemagne tandis que dix ont voté pour l’admission.
Pour terminer, on voit bien que les États du Sud représentent une force politique majeure à partir du moment qu’un véto ne peut leur être opposé. D’ailleurs, il serait intéressant de voir quel sera l’impact de ce vote sur l’image des États-Unis dans ces pays.

L’UNESCO va chèrement payer cet acte en perdant du fait de la loi des États-Unis d’Amérique 22 % de son budget. Le Canada et Israël devant suivre le même chemin, l’UNESCO va perdre  25,591 % de son budget, handicapant lourdement ses capacités de travail. L’arrêt des contributions à une agence de l’ONU dont le travail est à priori des plus respecté ne va pas améliorer, là encore l’image des États-Unis d’Amérique.
Pour le Canada, on peut se demander si cela ne souligne pas un désintérêt croissant pour l’ONU comme le montre d’ores et déjà la baisse de la participation aux opérations de maintien de la paix. On peut également prédire de plus grande difficultés pour cet État dans les négociations avec les États sud-américains qui sont pourtant un axe majeur de sa politique étrangère (Géopolitique le débat, RFI).
Quant à Israël, son isolement diplomatique risque d’augmenter mais tant que l’ensemble de l’Union européenne ne tentera pas de faire pression de manière très importante, cela ne servira pas à grand chose.

Edit :
On remarquera enfin que des régimes très décriés (Corée du Nord, Cuba, Soudan, Iran, Biélorussie) se sont montrés plus ouverts que de nombreuses démocraties qui se sont abstenues ou ont carrément voté contre.

La carte est mise à jour, principalement grâce aux informations de Wikipédia (et donc potentiellement erronées). Vous voudrez bien excuser l’absence de légende et des tailles de symboles non-identiques alors qu’ils devraient l’être.

Sources :

  • Wikipédia ;
  • Ria Novosti ;
  • RFI ;
  • Irandaily ;
  • twitter ;
  • Wiadomosci ;
  • le plus du Nouvelobs…

Quelques chiffres tirés du Monde diplomatique d’août 2011.

États-Unis d’Amérique :

  • Contrôle de la richesse nationale.
– 1974 : 0,1 % des États-uniens contrôlent 2,7 % de la richesse nationale.
– 2007 : 0,1 % des États-uniens contrôlent 12,7 % de la richesse nationale.

  • Groupes de pression (lobying).
– 1971 : 175 entreprises disposent de lobyistes à Washington. 
– 1982 : 2500 entreprises disposent de lobyistes à Washington. 
  •  Taux d’imposition moyen des 0,01 % les plus riches.
– 1970 : 75 % environ.
– 2011 : 35 %.
  • Élections, médias.
– Coût d’un spot politique de 30 secondes : 2 000 $ en 2008 ; 5 000 $ en 2010. 
– Les 2/3 des dépenses de campagnes de 2010 sont allées dans les caisses des chaines de télévision : cela représente 20 % des revenus publicitaires des chaines commerciales (3 % en 1990).

Marrakech (Maroc).
  • Tourisme.
– 1 million de touristes en 2001. 
– 1,8 million en 2010.
  • Hôtellerie.
– 1973 : 25 hôtels.
– 2011 : 152 hôtels, soit 30 % de parc hôtelier marocain.
  • Prix de l’immobilier dans la Médina.
–  Une maison achetée et rénovée en 2003-2004 pour 80 000 € est revendue pour 200 000 € en 2006.
Calcutta (Inde).
 – 1/3 des 4,5 millions d’habitants (13 millions pour l’agglomération) vivent dans des slums (bidonvilles) contre 55 % à Bombay.

Hambourg (Allemagne).
– 1 enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté.
– 26 des 300 plus grosses fortunes allemandes résident à Hambourg et représentent 44 milliards d’euros, soit 50 % du PIB de la ville.
– 31 des 627 contribuables ont été contrôlés par le fisc en 2010.
– Les résidents de la Marco Polo Tower (tour écologique où le coût moyen d’un appartement est de 3,7 millions d’euros) reçoivent les fumées des paquebots situés à proximité. Cela représenterait les émissions de poussières de « 50 000 camions fonçant à 130 km/h, à quoi s’ajoutent d’importantes quantités de dioxyde de soufre, de dioxude d’azote et de particules cancérigènes« .