Les Français à l’étranger

1 710 945, tel est le nombre de citoyens français vivant en 2015 à l’extérieur des frontières nationales. Du moins est ce le nombre de personnes inscrites au registre des Français à l’étranger tenu par le « Quai d’Orsay », le ministère des Affaires étrangères et du développement international. Les données fournies permettent de brosser un tableau général pour les années 2001 à 2015.

1. Les données.

Les données utilisées sont réparties entre deux fichiers :
Chiffres du registre des Français établis hors de France pour l’année 2015 ;
Français de l’étranger : inscriptions au registre des Français établis hors de France (2001-2013).

Elles concernent 162 États, dont une entité Jérusalem requalifiée pour le fichier de 2015 en Israël/Territoires palestiniens, c’est à dire, très certainement, les colonies israéliennes en Cisjordanie. Les données couvrent l’ensemble des années entre 2001et 2015 sauf pour certains États : Saint-Siège (2001–2010) ; Afghanistan (2005–2015), Tadjikistan (2009–2015) ; Soudan du Sud, Monténégro et Kosovo (2011–2015).

L’enregistrement étant une démarche volontaire auprès des ambassades et des consulats, ces données ne sont pas strictement parlant celles de l’ensemble des Français vivant à l’étranger.

2. Tableau général.

Comme il a été dit en introduction, 1 710 945 Français ont été enregistrés comme vivant à l’étranger en 2015 alors qu’ils n’étaient que 998 783 en 2001, soit une hausse de 71,3 %.

fra_etra.png

Comme on peut le voir sur la carte, la diaspora française se concentre pour l’essentiel en Europe quoique de fortes communautés existent également en Amérique du Nord ou au Maghreb principalement. Mais qu’en est-il de la taille de ces communautés françaises ? En 2015, le nombre de personnes enregistrées varie selon les États de 54 à 175 700 contre 5 et 109 100 pour 2001. La moyenne est certes de 10627 personnes, mais la médiane n’est que de 1756 personnes : les États avec une communauté française égale ou supérieure à la moyenne rassemblent à eux seuls 82 % des Français du registre.

3. Les États à forte diaspora (> 9e décile).

Ainsi, les 17 États avec les plus fortes communautés — « Jérusalem », le Liban, les Pays-Bas, l’Australie, la Chine le Luxembourg, l’Algérie, l’Italie, Israël, le Maroc, l’Espagne, le Canada, l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, les États-Unis d’Amérique et la Suisse — en rassemblent 70 % (1 200 103 personnes) pour une moyenne de 70 594 personnes sachant que depuis 2001, la hausse moyenne pour ces États est de 111 %. Dans ce groupe, les plus fortes hausses concernent l’Algérie (418,7 %), la Chine (284,7 %), « Jérusalem » (165,3 %), l’Australie (146,9 %).

Le cas suisse. 175 700 Français sont enregistrés en Suisse par le Quai d’Orsay, ce qui représente 24,7 % de la diaspora française. D’après les données fournies par l’Office fédéral de la statistique, au 31 décembre 2015, sur une population résidente permanente et non permanente de 8 423 612 personnes dont 6 278 459 Suisses, les Français étaient 127 609, soit 1,5 % de la population (1).

4. Les États frontaliers.

Les États frontaliers de la France métropolitaine — Suisse, Allemagne, Royaume-Uni, Luxembourg, Belgique, Espagne, Andorre, Monaco — rassemblent 41,6 % de la diaspora. Tous, à l’exception de Monaco et de l’Andorre, font partie des premiers États. À noter que Monaco est l’un des rares États à avoir vu sa communauté française diminuer.

État Groupe Français en 2015 Évolution
Andorre 7 3141 15,61
Monaco 8 7692 -17,49
Luxembourg 10 33362 109,3
Italie 10 44835 45,96
Espagne 10 86016 76,77
Allemagne 10 114020 30,05
Belgique 10 120020 73,87
Royaume-Uni 10 127837 61,99
Suisse 10 175700 61,04

Le cas monégasque. monaco

La communauté française enregistrée à Monaco a connu son maximum en 2003 avant une baisse importante les deux années suivantes. On constate ensuite une belle remontée, stoppée en 2008 et suivie d’une baisse jusqu’en 2011 puis d’une stabilisation. Pour expliquer la baisse des années 2004 et 2005, on peut avancer l’hypothèse qu’elle pourrait être liée à la signature d’une convention fiscale signée en mai 2003 et entrée en vigueur en 2005 (4).

5. Les États membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Parmi les 162 États avec une communauté française, 48 sont membres de plein droit (2) de l’organisation internationale de la Francophonie dont 29 ont la langue de Molière comme langue officielle (3). Ces États rassemblent 695 454 Français, soit 40 %, dont 598 138 étaient enregistrés dans des États dont le Français est la ou l’une des langues officielles. Là encore, quelques États concentrent la communauté française : les trois États frontaliers de la Suisse (175 700),  de la Belgique (120 724) et du Luxembourg (33362) ; le Canada (97 116) ; les États africains de Maroc (51 109) et du Sénégal (20252).

Notes.

(1) Données utilisées : « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité » (sic).

(2) Au terme de son XVIe sommet, les 84 États ou gouvernements membres de l’OIF sont répartis en trois catégories : membres « de plein droit » (54), membres associés (4) et membres observateurs (26). À noter que certains membres sont des régions, provinces, collectivités d’outre-mer fédérés à des États eux-mêmes représentés : Wallonie-Bruxelles, Québec, Nouveau-Brunswick, Ontario, Nouvelle-Calédonie.

(3)  Belgique, Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Cameroun, Canada, République centrafricaine, Comores, Congo, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée-Équatoriale, Haïti, Luxembourg, Madagascar, Mali, Maroc, Monaco, Niger, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Suisse, Tchad, Togo, Vanuatu.

(4) Loi n° 2005-227 du 14 mars 2005 et décret n° 2005-1078 du 23 août 2005

Les ports de commerce en France et ses exportations de céréales.

Le commerce maritime représente 90 % du transport de marchandises dans le monde. Les ports sont donc cruciaux et représentent des entités économiques majeures. Réalisée à partir des informations fournies par le ministère du développement durable et de l’Énergie, la carte suivante représente le classement des ports suivant les trafics annuels des ports et leurs évolutions depuis l’an 2000. 
 


Bien que les ports de commerce se répartissent sur l’ensemble des côtes, les principaux ports sont situés sur la Manche (Le Havre, Calais, Dunkerque, Rouen ; soit 50 % du trafic 2011), véritable « autoroute » commerciale. On peut également observer une augmentation du trafic assez importante pour l’ensemble des ports depuis 2000, à l’exception des ports de Boulogne (-95%), Cherbourg (-51%), Saint-Malo (-22,6). L’importance de ces ports s’explique par la proximité de le région parisienne et de l’axe industriel européen courant des Pays-Bas à l’Italie.

Sur la côte atlantique, Nantes est le principal port (8 à 9 % du trafic annuel) tandis que La Rochelle et Bordeaux suivent. Les ports bretons de Brest et Lorient ont un trafic extrêmement faible, le port de Bayonne s’en sortant un peu mieux. Malgré tout, l’ensemble des ports de l’Atlantique connaissent une baisse de leur activité, à l’exception de celui de La Rochelle.

Les ports de la côte méditerranéenne représentent un peu moins du tiers du trafic national mais c’est le grand port maritime (anciennement port autonome) de Marseille – premier port français en terme de tonnage avec 88 517 849 tonnes en 2011 – qui en représente la quasi-totalité grâce aux produits pétroliers qui représentaient en moyenne 65 % de son activité sur la période 2000-2011. Mais depuis l’an 2000, son activité, tout comme celles de Sète et Port-la-Nouvelle, a diminué. 
 





Étude de cas : l’exportation des céréales.




Grande puissance agricole et donc céréalière, la France exporte une partie importante de sa production, un peu moins de 52 % en moyenne. Au cours de la campagne 2010-2011, les exportations céréalières ont été envoyé pour moitié vers l’Union européenne et pour moitié vers d’autres États ; 61 % de l’ensemble étant passé par les ports.

Le premier port céréalier est celui de Rouen avec 25 % des exportations françaises. L’exportation de céréales représente 50 % des sorties et près du tiers de l’activité totale. Le second port, avec 10,75 % des exportations céréalières, est La Rochelle ; et ce avec la quasi-totalité de ses exportations (96%) et 40 % de son activité totale. Suivent ensuite, avec un peu moins de 17 % du total, Dunkerque, Nantes-Saint-Nazaire, Bordeaux tandis que Marseille exporte moins de 3 % du total. Cette configuration s’explique par la faiblesse de la production céréalière dans les régions du sud-est.
 

La production et l’export de céréales (hors riz) en France.
Campagne 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004
Collecte (1000 t) 53478,0 58493,0 54703,0 55742,0 50233,0 58246,0 47072,0
Export (1000 t) 24766,1 31712,3 32279,7 30425,0 24474,8 29729,7 24776,3
Part des exportations. 46,31% 54,22% 59,01% 54,58% 48,72% 51,04% 52,63%
Campagne 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011
Collecte (1000 t) 59437,0 54134,3 52322,0 48719,0 58707,2 61019,0 57514,9
Export (1000 t) 30578,2 28522,1 26260,9 23321,0 29604,4 31570,8 32950,3
Part des exportations. 51,45% 52,69% 50,19% 47,87% 50,43% 51,74% 57,29%
Source : Agreste, 2012. Moyenne 52,36%

Bibliographie et sources :

Petite géopolitique du conseil de sécurité des Nations Unies.




Depuis sa création , le Conseil de sécurité des Nations Unies (CS-ONU) est chargée de :
  • Maintenir la paix et la sécurité internationales, conformément aux buts et aux principes des Nations Unies;
  • Enquêter sur tout différend ou toute situation qui pourrait entraîner un désaccord entre nations;
  • Recommander des moyens d’arranger un tel différend ou les termes d’un règlement;
  • Élaborer des plans en vue d’établir un système de réglementation des armements;
  • Constater l’existence d’une menace contre la paix ou d’un acte d’agression et recommander les mesures à prendre;
  • Inviter les Membres à appliquer des sanctions économiques et d’autres mesures n’impliquant pas l’emploi de la force armée pour prévenir une agression ou y mettre fin;
  • Prendre des mesures d’ordre militaire contre un agresseur;
  • Recommander l’admission de nouveaux membres et les conditions dans lesquelles les Etats peuvent devenir parties au Statut de la Cour internationale de Justice;
  • Exercer les fonctions de tutelle de l’ONU dans les «zone stratégiques»;
  • Recommander à l’Assemblée générale la nomination du Secrétaire général et élire, avec l’Assemblée générale, les membres de la Cour internationale de Justice.
Il est composé, depuis 1966, de 15 membres dont 5 permanents. Soit pour ces derniers — grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale et membres du groupe restreint des détenteurs de l’arme atomique/nucléaire — les États-Unis d’Amérique, la Russie (ex-URSS), la Chine (après éviction de Taïwan le 25 octobre 1971), le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et la France. Les dix autres membres sont renouvelés tous les ans par moitié pour des mandats de deux ans (il y a quelques cas de mandats d’un an).

L’appartenance  au conseil de sécurité de l’ONU est prestigieuse et donne une importance certaine à l’élu durant son mandat. Le renouvellement des mandats prouve bien entendu une importance manifeste de l’État sur l’échiquier politique mondial. Bien sûr, la date d’entrée au sein de l’Assemblée générale de l’ONU en tant que membre à part entière à un impact non négligeable : la Corée du sud ne l’est que depuis la disparition de l’URSS en 1991 tandis que la Suisse ne l’est que depuis 2002 avec la fin de sa « neutralité ». 

L’Amérique du nord, l’Europe occidentale, l’Amérique du Sud et le sous-continent indien concentrent les États ayant été le plus élus tandis que l’Océanie, l’Afrique, les Balkans, les Proche et Moyen-Orient ont été peu représentés. Pour ces derniers, cela s’explique principalement par des entrées relativement récentes et/ou une faible importance diplomatique des États concernés. Les Kiribati, entrés en 1991, cumulent également avec une faiblesse diplomatique extrêmement forte comme l’ensemble des « micro-États » du Pacifique. Ce raisonnement est également valable pour les États de l’ex-URSS. L’Australie et la Nouvelle-Zélande souffrent d’un certain isolement géographique cumulé avec l’influence du Royaume-Uni avec le Commonwealth. 

Les États africains ont longtemps souffert d’un défaut de légitimité qui a divisé les nominations. L’Afrique du sud, un des BRICS, du fait de l’apartheid, n’a pu être élu durant longtemps mais son développement lui a permis de l’être en 2007 et en 2011. La  puissance des BRICS se retrouve bien dans leur représentativité puisque le Brésil détient le record des élections (10 fois) tandis que l’Inde l’a été 7 fois ; mais c’est un phénomène qui n’est pas nouveau. Le Pakistan détient également 7 nominations, à égalité avec son rival et voisin indien. 

L’Amérique du sud, outre le Brésil, a été bien représenté avec l’Argentine, la Colombie ou encore Panama. Pour ces deux derniers, on doit sans doute y voir l’unfluence de Washington. Le Canada, régulièrement élu, doit sans doute cette position au fait qu’il a longtemps été l’un des principaux pourvoyeur de casques bleus tout en privilégiant le multilatéralisme. 

Le Japon, longtemps seconde puissance économique mondiale, co-détient le record d’élection avec le Brésil.

Données :

L’intervention aérienne en Libye (19 mars 2011).


Les cartes ont été actualisées et corrigées.


Les États-Unis d’Amérique viennent d’entrer en action en lançant des frappes navales contre des objectifs militaires pouvant empêcher le bon déroulement des opérations aériennes.
 
Forces de la coalition.
  • Royaume-Uni :  appareils de combat Eurofighter Typhoon (AA essentiellement) et Tornado (attaque au sol), Awacs, ravitailleurs. Frégates HMS Cumberland et HMS Westminster. 
  • Canada : NCSM Charlottetown. 7 CF-18, 2 CC-177 Globemaster, 2 CC-130J Hercules. 
  • Italie : bases aériennes, navires : contre-torpilleur Andrea Doria, navire-ravitailleur Etna, frégate Euro, patrouilleur Libra. 
  • Norvège : F-16 après autorisation du Parlement (?). 
  • Danemark : 6 F-16 arrivés en Italie. 
  • Belgique : 6 F-16 + 1 frégate (?). Chasseur de mines Narcis. 
  • Espagne : soutien naval et aérien : frégate F-100 Méndez Nunez, sous-marin S-74 Tramontana, avion de surveillance maritime CN-235.  
  • Pays-Bas : NC.
  •  France : Rafales & Mirages 2000. Frégate AA Forbin & Jean-Bart. p { marg À partir de lundi : Porte-avions Charles de Gaulle, frégates Dupleix (ASM) et Aconit, pétrolier ravitailleur La Meuse.  
  • États-Unis d’Amérique : participation navale avec lancement de missiles de croisières.

Le Portugal,  la Suède, la Pologne, la Finlande, etc soutiennent  l’intervention en Libye n’y participent pas.

À priori, Chypre ne s’oppose pas à l’utilisation de la base d’Akrotiri tandis que Malte refuse toute participation alors que le porte-avion fixe de la Méditerranée aurait permis de raccourcir de manière importante les délais d’intervention. 

Dans son dernier discours, Khadafi a menacé d’attaquer des « objectifs civils et militaires en Méditerranée » mais cela est peu crédible car la marine est très faible comparativement à la flotte coalisée, en particulier lorsque le groupe aéronaval français sera en position. Pour ce qui est des attaques aériennes, Khadafi dispose peut-être d’un très léger créneau mais les forces aériennes coalisées bloqueront rapidement toutes les tentatives libyennes. Enfin, l’ouverture des dépôts d’armes est inutile puisqu’aucune intervention terrestre n’est prévue.

Sources:
Pour une analyse critique de l’intervention, voir le dernier papier de Philippe Leymarie sur son bloc-note, Défense en ligne.
Enfin, pour des compléments sur la situation et les matériels, voir le bloc-note de Stéphane Mantoux (membre de l’Alliance géostratégique).

    L’intervention en Libye : état de la situation.

    Avec le vote par le Conseil de sécurité (CS) de l’ONU de la résolution 1973, l’usage de la force contre le régime libyen de Khadafi est désormais possible. Ce vote a été rendu possible par l’abstention des 5 États (sur les 15 que comporte le CS) qui y sont plus ou moins opposés : Russie, Chine, Allemagne, Argentine et Brésil. La non-utilisation du veto par la Chine et la Russie montre l’importance de la pression internationale qui pesait sur ces deux États.

    Actuellement, les États participants à la coalition sont :
    • les États-Unis d’Amérique ;
    • le Canada, avec 6 bombardiers ;
    • les Émirats Arabes Unis ;
    • le Qatar ;
    • la Belgique ;
    • la Norvège ; 
    • le Danemark 
    • la France ;
    • le Royaume-Uni.

    Ces deux derniers États forment le fer de lance de la coalition. Ils peuvent intervenir depuis le territoire métropolitain français (bases aériennes d’Istres et de Solenzara) et des bases (après autorisation) de la RAF à Malte et d’Akrotiri (Chypre). Il est possible que le porte-avion Charles de Gaulle appareille de Toulon pour la Libye lundi prochain.

    La participation de la Norvège est un signe fort car cet État est très « légaliste » en terme d’intervention militaire.
    La participation italienne (elle s’est opposée à l’utilisation de la force) ne devrait être que logistique en permettant l’utilisation de certaines de ses bases. L’Espagne  va donner un certain nombre de moyens non communiqués.
    Les États-Unis d’Amérique (EUA)  vont participer mais on ne sait pas avec quels moyens bien que ces derniers viendront nécessairement de la 6ème flotte.
    La participation de différents États de la Ligue arabe était la condition sine qua non. Dans le cas où l’Arabie Saoudite participerait, on peut se poser la question du lieu de refuge de Khadafi s’il devait se retirer.

    La participation de la France impliquant celle du Rafale, cela devrait lui faire une excellente publicité. Quant à l’Eurofighter Typhoon, qui sera sûrement engagé, cela constituera sa première intervention sur un territoire  d’opération extérieure.


    Sources :

    Petite géopolitique des Jeux olympiques modernes.

    p.sdfootnote { margin-left: 0.5cm; text-indent: -0.5cm; margin-bottom: 0cm; font-size: 10pt; }p { margin-bottom: 0.21cm; }a.sdfootnoteanc { font-size: 57%; }

    Le sport est un élément non négligeable de la géopolitique puisque les oppositions entre États se répercutent dessus comme le montre par exemple les boycotts de manifestations sportives (très visible durant la Guerre froide) ou encore le fait qu’Israël soit membre de l’UEFA et non de l’AFC. L’attribution des Jeux olympiques est l’occasion d’une compétition féroce entre les villes candidates du fait du prestige de cette compétition. Aussi, l’étude de la localisation de ces événements exceptionnels permet de voir les rapports de force.


    Comme le montre ce graphique, l’Europe domine largement mais cela s’explique aisément par le fait que c’est le foyer des JO et l’ancien centre de gravité mondial, particulièrement avant la seconde guerre mondiale1 ; un nombre suffisant d’États susceptibles d’accueillir les JO, l’Amérique du Nord ne disposant que du Canada et des États-Unis d’Amérique ; une bonne concentration de sportifs et une bonne capacité financière.
    Ce dernier élément, qui va de paire avec la puissance étatique, est primordial car les dépenses demandées par ce genre d’évènement sont somptuaires pour montrer la puissance de la ville d’accueil – certaines villes ont accueillie à plusieurs reprises les Jeux olympiques comme le montre l’exemple de Londres (3 fois) – et de l’État. Cela explique l’absence de toute olympiade en Afrique, leur rareté en Asie, la quasi-totalité s’étant déroulés au Japon ou en Corée du Sud. L’Australie a obtenu deux olympiades ce qui s’explique par sa puissance économique, son importance géopolitique en Océanie mais aussi une faible visibilité mondiale.

    Les États-Unis d’Amérique ont accueilli le plus d’olympiades, ce qui s’explique très simplement par l’hégémonie de cet État sur le monde et la possibilité d’accueillir les deux types (été & hiver) au contraire d’autres pays. La France suit, ce qui s’explique par le fait que c’est un Français, le baron Pierre de Couvertin, qui a remis au goût du jour cette compétition, son importance géopolitique et sa capacité d’accueil.

    Le Brésil et la Chine ont/vont accueillir les Jeux olympiques, ce qui coorespond à leurs montées en puissance sur l’échiquier mondial.


     Du fait de leurs importances grandissantes, l’Asie et l’Amérique du Sud devraient accueillir de plus en plus fréquemment des olympiades au détriment de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Pour ce qui est de l’Afrique, il est difficile d’imaginer que la flamme olympique ne s’y pose avant 2040-2050 pour le moment. Malgré tout, l’Europe dominera toujours du fait de son avance considérable : il faudrait 400 années pour que tous les continents soient à son niveau.

    body, div, table, thead, tbody, tfoot, tr, th, td, p { font-family: « Arial »; font-size: x-small; }

    État JO été JO été (%) JO hiver JO hiver (%) Cumulé Cumulé (%)
    Afrique 0 0,00% 0 0,00% 0 0,00%
    Océanie 2 7,14% 0 0,00% 2 4,00%
    Asie 3 10,71% 2 9,09% 5 10,00%
    Amérique 7 25,00% 6 27,27% 13 26,00%
    Europe 16 57,14% 14 63,64% 30 60,00%
    Total 28 100,00% 22 100,00% 50 100,00%
     Sources.
     Notes.
    1Période ne figurant pas sur le graphique.

    L’État des forêts dans le monde.

    La consultation des données (cf tableaux) est nécessaire. Le placement des îles du Pacifique État est approximative. Reproduction autorisée avec mention de l’auteur.


    Réalisée (comme d’habitude) à partir des données mises à disposition par l’ONU, cette carte représente deux choses : le pourcentage de surface boisée de chaque pays et l’évolution entre 1995 et 2007 de celle-ci (en pourcentage).

    On constate sans surprise que les États disposant du couvert forestier le plus faible se situent au niveaux des tropiques du Cancer (Afrique du Nord, Péninsule Arabique) et du Capricorne (Amérique & Afrique australes, Australie) auxquels il faut ajouter ceux d’Asie centrale et l’Islande. Si ces États sont naturellement pauvres en forêt, ce n’est pas le cas de certains autres, principalement des îles du Pacifique et des États afrincains ayant dévasté leurs forêts.
    Il apparaît de manière flagrante — sauf pour des États comme le Brésil (en particulier) ou l’Indonésie — que les pertes sont importantes au niveaux des forêts tropicales et équatoriales, essentiellement celles d’Afrique et du nord de l’Amérique latine. Cela s’explique par le besoin en terres agricoles (essentiellement pour l’exportation, les agrocarburants…) , de l’industrie forestière, des besoins en bois de chauffage…

    Ces pertes, certes justifiées en partie par les besoins des populations locales, sont une catastrophe en terme de biodiversité — les forêts équatoriales et tropicales concentrant la majeure partie des espèces –, de lutte contre le changement climatique. On peut également ajouter que la déforestation pour l’agriculture n’est pas viable à terme car cela amène une modification du régime des pluies, une érosion importante et donc un épuisement des sols. 

    Par contre, on constate que les États européens, nord-américains, proche-orientaux  ainsi que chinois et vietnamiens   voient une stagnation ou une augmentation plus ou moins importante de leur couvert forestier. Ici, l’abandon de certaines terres agricoles, une meilleure gestion des forêts explique l’extension de ces dernières.



    Tableaux :

    Sources :
    UNdata.


    Sur le Brésil : voir les différents articles de novembre et décembre 2010 sur le blog Visions cartographiques.