L’évolution des dépenses militaires durant la décennie 2000-2010.

A partir des données fournies par le SIPRI, j’ai réalisé la carte suivante qui représente l’évolution sur 11 ans (sauf indication contraire) des dépenses militaires dans le monde. Les données sont en dollars constants (valeur 2009).

On constate donc une baisse ou une stagnation des dépenses militaires en Europe de l’ouest tandis que celles du Canada et des États-Unis d’Amérique augmentent. On constate donc que le fossé au sein de l’OTAN s’est creusé : quelle sera la réaction des États membres de l’UE ? L’avenir semble difficile avec une baisse continue des budgets avec la crise qui amène une perte de capacités importantes sans coordination, un véritable « suicide collectif » (voir Bruxelle2 et Défense en ligne).
Les pays émergents augmentent de façon importante leurs dépenses que ce soit en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud. Les BRICA jouent un rôle central, en particulier la Chine qui augmente son budget de 11,7 % cette année, la Russie qui annonce un vaste plan d’investissements.
On remarquera une hausse dans la zone Pacifique sauf pour le Japon tandis que la Corée du Sud investie et pourrait devenir à terme une puissance militaire des plus importantes. De même pour l’Australie qui veut faire face à la montée en puissance de la Chine bien que le budget et les matériels (sous-marin par exemple) ne suivent pas ses ambitions.
Pour ce qui est de l’Iran, on peut observer que ses dépenses militaires sont en baisse sur la période, de même pour le Vénézuela.

Données chiffrées utilisées pour la carte.

Un oeil sur la planète : la Corée du sud.

France 2 a diffusé dans la nuit du 03 au 04 janvier un numéro de l’émission Un oeil sur la planète  consacré à la Corée du sud, État d’Asie largement méconnu comparativement à son voisin nippon.
Le 1er reportage consacré au chaebol Samsung nous montre un univers de travail (et d’éducation) très différent du notre mais également que la France, plus simplement l’Europe, et même les États-Unis d’Amérique, sont totalement dépassés devant la puissance de frappe du conglomérat (1/5ème du PIB sud-coréen) dans les domaines de la construction naval et surtout de l’électronique.
J’ai également  découvert avec étonnement l’importance de la culture coréenne, bien plus influente que je ne le pensais, notamment via les drama, séries télévisées. L’influence culturelle niponne est plus importante en France mais on peut se demander si elle ne risque pas d’être suplantée à plus ou moins long terme. Le dernier reportage montre quand à lui l’importance de la religion dans cette société touchée par le plus fort taux de suicide au monde.
Le reportage sur la situation de guerre persistante n’était pas le plus interéssant, car pas très développé, seule l’existence d’un ministère de la réunification m’étant inconnue. Pour des détails sur les forces armées sud-coréennes, se conférer aux DSI n°48, 58 et 64 ainsi qu’aux DSI-HS n°11, 12 et 14 par exemple (pour les effectifs qui figurent sur les cartes).