Quelques chiffres sur le château de Versailles.

La construction du château de Versailles passe pour avoir été très dispendieuse des deniers (ou plutôt des livres) de l’ État, surtout quand on compare par rapport au niveau de vie de la population.
À partir de l’ouvrage Versailles, le pouvoir de la pierre, on peut donner les chiffres suivants :
  1. De 1664 à 1690 :
    • Versailles (construction, eaux & jardins) : 52 420 010 livres dont 3 276 347 livres pour la machine de Marly ;
    • Trianon : 2 208 742 livres ;
    • Clagny : 1 986 209 livres ;
    • Marly : 4 218 044 livres.
Soit un total de 60 833 005 livres.
  1. De 1690 à 1715 : environ 20 millions de livres.
Au total, Louis XIV aura dépensé entre 1661 et 1715, la somme de 82 millions de livres, soit le coût de 2 ou 3 campagnes militaires ou un peu plus que le déficit budgétaire de 1715 (page 283). En 1706, les dépenses extraordinaires de guerre (soit une partie des dépenses militaires) représentent 100 millions de livres. Le coût de Versailles est donc à relativiser comme le montre l’exemple de l’année 1683 (p. 183) :
Dépenses totales : 115 millions de livres dont
      • 65 millions pour l’armée, la marine et les fortifications de Vauban, soit 56 % du budget ;
      • Dépenses de Cour, pensions à la noblesse et Versailles : moins de 10 % dont 2 ou 3 millions pour Versailles (graphique p. 284).
Malgré tout, un tel montant pour des dépenses touchant très peu de gens peut tout à fait nous paraître exorbitant, surtout que c’était la cas pour l’époque comme le montre l’exemple d’Ézéchiel Spanheim, ambassadeur de Brandebourg vers 1690 (p. 282) ou de Turgot sous Louis XVI qui fera abaisser ces dépenses (p. 175).

Source : Joël CORNETTE, Versailles. Le pouvoir de la pierre, Paris, Éditions Tallandiers, 2006.






Publicités