Premières réflexions sur le séisme au Japon.

Bien qu’inférieur en puissance par rapport au tremblemment de terre de 2004 (8,9 contre 9,1 sur l’échelle de Richter) dont le tsunami consécutif avait fait environ 230 000 morts, le seisme et le tsunami qui viennent de frapper le Japon n’ont fait « que » moins de 100 morts et disparus (pour le moment). Le bilan matériel sera lourd mais les bâtiments parasismiques ont résisté en majorité, les réacteurs nucléaires sont intacts etc ; les principaux dégats sont provoqués par le tsunami. Mais s’ils avaient eu lieu dans les pays moins riches du Pacifique-sud, le bilan humain et matériel serait des centaines, voire plus certainement, desv milliers de fois plus élevé. 
Cela pose là encore la question du fossé monumental qui oppose les pays du « Nord » et du « Sud » en matière de prévention et de réaction face aux catastrophes naturelles. En particulier dans cette région du Pacifique où la population est extrêmenement nombreuse.

=> Se conférer par exemple  à l’atlas de Virginie RAISSON.

Le Japon : petite approche géopolitique.

Reproduction autorisée.


Le Japon vient d’installer pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale une base sur un territoire extérieur, à Djibouti.
Cette installation est le dernier accomplissement de la politique étrangère nipponne qui tend vers un intervientionnisme de plus en plus important. En effet, le Japon s’est tout d’abord lancé dans quelques opérations internationales de maintien de la paix avant de s’engager en Irak sous couvert de reconstruction et d’aide humanitaire pour finir avec une intervention dans le golfe d’Aden pour escorter les navires de commerce.
C’est cette dernière intervention, dans une région stratégique primordiale pour le Japon (mais aussi pour les pays européens, les États-Unis…), qui a ammené l’installation de cette base.

Le Japon joue aussi sur son influence culturelle, particulièrement en Asie (bien que la Corée du Sud prenne de plus en plus d’importance), en Europe et au États-Unis comme le montre le succès des mangas, Japan expos… Cette influence culturelle a sans doute un certain effet de désarmorçage des tensions entre le Japon et les pays « victimes » durant la seconde guerre mondiale et avec qui il reste des contentieux territoriaux (îles Sentaku pour la Chine et Takeshima pour la Corée du sud) bien que cela doit être difficile à quantifier.
Le Japon a joué également, et joue encore mais dans une moindre mesure, avec l’aide au développement pour les pays en voie de développement.


Sources :