Petite géopolitique des Jeux olympiques modernes.

p.sdfootnote { margin-left: 0.5cm; text-indent: -0.5cm; margin-bottom: 0cm; font-size: 10pt; }p { margin-bottom: 0.21cm; }a.sdfootnoteanc { font-size: 57%; }

Le sport est un élément non négligeable de la géopolitique puisque les oppositions entre États se répercutent dessus comme le montre par exemple les boycotts de manifestations sportives (très visible durant la Guerre froide) ou encore le fait qu’Israël soit membre de l’UEFA et non de l’AFC. L’attribution des Jeux olympiques est l’occasion d’une compétition féroce entre les villes candidates du fait du prestige de cette compétition. Aussi, l’étude de la localisation de ces événements exceptionnels permet de voir les rapports de force.


Comme le montre ce graphique, l’Europe domine largement mais cela s’explique aisément par le fait que c’est le foyer des JO et l’ancien centre de gravité mondial, particulièrement avant la seconde guerre mondiale1 ; un nombre suffisant d’États susceptibles d’accueillir les JO, l’Amérique du Nord ne disposant que du Canada et des États-Unis d’Amérique ; une bonne concentration de sportifs et une bonne capacité financière.
Ce dernier élément, qui va de paire avec la puissance étatique, est primordial car les dépenses demandées par ce genre d’évènement sont somptuaires pour montrer la puissance de la ville d’accueil – certaines villes ont accueillie à plusieurs reprises les Jeux olympiques comme le montre l’exemple de Londres (3 fois) – et de l’État. Cela explique l’absence de toute olympiade en Afrique, leur rareté en Asie, la quasi-totalité s’étant déroulés au Japon ou en Corée du Sud. L’Australie a obtenu deux olympiades ce qui s’explique par sa puissance économique, son importance géopolitique en Océanie mais aussi une faible visibilité mondiale.

Les États-Unis d’Amérique ont accueilli le plus d’olympiades, ce qui s’explique très simplement par l’hégémonie de cet État sur le monde et la possibilité d’accueillir les deux types (été & hiver) au contraire d’autres pays. La France suit, ce qui s’explique par le fait que c’est un Français, le baron Pierre de Couvertin, qui a remis au goût du jour cette compétition, son importance géopolitique et sa capacité d’accueil.

Le Brésil et la Chine ont/vont accueillir les Jeux olympiques, ce qui coorespond à leurs montées en puissance sur l’échiquier mondial.


 Du fait de leurs importances grandissantes, l’Asie et l’Amérique du Sud devraient accueillir de plus en plus fréquemment des olympiades au détriment de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Pour ce qui est de l’Afrique, il est difficile d’imaginer que la flamme olympique ne s’y pose avant 2040-2050 pour le moment. Malgré tout, l’Europe dominera toujours du fait de son avance considérable : il faudrait 400 années pour que tous les continents soient à son niveau.

body, div, table, thead, tbody, tfoot, tr, th, td, p { font-family: « Arial »; font-size: x-small; }

État JO été JO été (%) JO hiver JO hiver (%) Cumulé Cumulé (%)
Afrique 0 0,00% 0 0,00% 0 0,00%
Océanie 2 7,14% 0 0,00% 2 4,00%
Asie 3 10,71% 2 9,09% 5 10,00%
Amérique 7 25,00% 6 27,27% 13 26,00%
Europe 16 57,14% 14 63,64% 30 60,00%
Total 28 100,00% 22 100,00% 50 100,00%
 Sources.
 Notes.
1Période ne figurant pas sur le graphique.