La révolution tunisienne et ses conséquences sur le monde arabe -2.

La chute de Ben Ali a finalement eut des conséquences importantes supplémentaires. En effet, après plusieurs semaine de manifestation, le peuple égyptien a obtenu la démission, le  11 février 2011, du président Moubarrak grâce au soutien de l’armée. Cette dernière, dont l’ensemble des présidents de la République arabe d’Égypte sont issus, a promis une transition démocratique vers un pouvoir civil élu. Reste que l’on a aucun détail sur le délai, les modalités (participation ou non des Frères musulmans) de cette élection. D’ailleurs, un militaire pourrait se présenter après avoir démissionner de l’armée d’une manière identique aux élections birmanes
Aujourd’hui, 12 février, des manifestations demandant un changement de régime en Algérie ont eut lieu. Mais elles ont été rapidement dispersées, les manifestants étant de surcroit peu nombreux. Cela s’explique par la préparation des forces de l’ordre et les mesures prises par le gouvernement pour réduire le mécontentement (baisse des prix). Il est possible que le mouvement prenne de l’ampleur et réussisse bien que cela me paraisse encore improbable pour le moment -mais personne n’avait prévu la chute rapide des dictateurs égyptiens et tunisiens.
Malgré quelques manifestations au Yémen, une diffusion du mouvement parait à priori lointaine mais pourrait ne pas être sans conséquences, les régimes pouvant alléger la « pression » pour rester en place.
Publicités