Projet (utopique) d’aéronavale européenne.

p.sdfootnote { margin-left: 0.5cm; text-indent: -0.5cm; margin-bottom: 0cm; font-size: 10pt; }p { margin-bottom: 0.21cm; }a.sdfootnoteanc { font-size: 57%; }

La Strategic Defense Review (SDR) britannique publiée le mardi 19 octobre amène une véritable perte de puissance pour le Royaume-Uni, et plus particulièrement les mythiques Royal Navy et Royal Air Force. La première va perdre dès maintenant sa capacité aéronavale avec le retrait et le démantèlement du HMS Ark Royal en attendant la fin de la construction vers 2020 d’un premier porte-avion (soit le HMS Queen Elizabeth soit le HMS Prince of Wales). Le second de ces navires devant être vendu à une nation étrangère, soit la France, soit le Brésil à priori.
Mais pourquoi ne pas imaginer la vente de ce navire à l’Union Européenne ? Cela permettrait d’obtenir l’un des noyaux d’une escadre aéronavale. L’équipage du navire serait composé de plusieurs nationalités, l’espéranto1 utilisé comme langue d’usage et l’aviation embarquée composée de Rafales, étant le seul appareil de combat européen disponible pour cet usage.
Compléments sur la SDR :
1La France, 1ère puissance militaire européenne acceptant que le Français ne soit pas utilisé comme langue d’isage dans un souci de diffusion d’un « esprit européen ».